Robyn Orlin, Solo pour Nadia Beugré – In a corner the sky surrenders… unpplugging archival journeys…#1 (for Nadia) Montpellier Danse 42

Tout commence par une boîte en carton, à taille humaine, une de ces boîtes de « déménagement aménagé » pourrait-on dire. En effet, c’est sur le modèle de l’habitat le plus précaire, celui des sans-abris que Robyn Orlin a observé dans les rues du Lower East Side à New-York, que s’est construit, en 1994, ce solo interprété, initialement, par Robyn Orlin et transmis, aujourd’hui, à Nadia Beugré.

Montpellier Danse 42 – En feuilletant le programme…

La mémoire semble être l’axe névralgique qui trame les œuvres entre elles. Fidèle aux artistes, Montpellier Danse nous permet de suivre leur parcours et de poursuivre, avec eux, ce qu’ils poursuivent, à tous les sens du terme.

Kill Tirésias – Futur Immoral en résidence à l’Agora / Montpellier Danse

On parle souvent de Montpellier Danse pour sa programmation, saison et festival, mais plus rarement pour son travail d’accompagnement des artistes, plus que jamais essentiel dans ce contexte sanitaire. Régulièrement, des studios ouverts, des discussions, des ateliers de danse, permettent de rencontrer le travail des artistes en résidence. C’est dans ce contexte que nous avons pu découvrir celui de Paola Stella Minni & Konstantinos Rizos pour leur travail autour de la figure antique de Tirésias.

L’Ethique, de Matthieu Hocquemiller

Lors de la programmation de Montpellier Danse 21/22, Matthieu Hocquemiller présente au Studio Cunningham / Agora sa pièce L’Ethique, dernier volet d’une série de dialogues et de performances en portrait. Il s’agit d’un duo composé d’image et de présence, dans un dialogue permanent fait de chair et de mots entre deux hommes : un homme jeune et un homme âgé.

Il ne nous reste que nos yeux pour dévorer…

La modalité d’existence d’une œuvre ressemble, à s’y méprendre, à celle de l’objet naturel : minéral, végétal, animal… Autrement dit l’œuvre, contrairement aux objets techniques, existe : point barre.

Ambiance Festival ! Montpellier Danse n°41

Discussion avec un texte : Lecture de Philippe Verrièle, Qu’est-ce que la danse ? – Regardez la danse 1, Editions Scala Eds Nouvelles, Collection Arts du Spectacle, 2019.

When the ice melts, will we drink the water ? / Daïna Ashbee

When the ice melts, will we drink the water ? est la dernière des cinq pièces de Daïna Ashbee présentées dans cette 41ème édition du festival Montpellier Danse. Daïna Ashbee développe, pour ce solo interprété par Greys Vecchionacce, une écriture qui trouve son point de départ au niveau du pelvis.

Laborious Song / Daïna Ashbee

Pour cette 41ème édition, le festival Montpellier Danse accueille cinq propositions signées par Daïna Ashbee : Serpentine, Unrelated, Pour, Laborious Song et When the ice melts, will we drink the water ? L’artiste québécoise et ses interprètes marquent le festival par ces cinq œuvres fines, épurées, précises et engagées. Laborious Song fait plus particulièrement écho à Serpentine : deux solos, deux corps nus, tatoués, libérant une douleur refoulée.

Nuit / Sylvain Huc

Au théâtre de la Vignette, dans le cadre de la 41ème édition du festival Montpellier Danse, Lucas Bassereau, Mathilde Olivares et Gwendal Raymond nous invitent à partager leur nuit. Sylvain Huc explore, avec cette pièce, la nuit de nos corps et le corps de nos nuits.