SpinticA

Articles récents

Traverser la cendre de Michel Simonot

La pièce Pendant l’extermination, ceux qui maintenant sont morts se sont soulevés, ils ont écrit, enterré leurs récits, caché les livres : leur résistance face à la déshumanisation. Pour demeurer vivants. Par les mots. Après l’extermination, c’est au témoin de prendre la parole. Il doit rendre visibles leurs traces, déterrer leurs mots, affronter l’Histoire, dire laLire la suite « Traverser la cendre de Michel Simonot »

Kill Tirésias – Futur Immoral en résidence à l’Agora / Montpellier Danse

On parle souvent de Montpellier Danse pour sa programmation, saison et festival, mais plus rarement pour son travail d’accompagnement des artistes, plus que jamais essentiel dans ce contexte sanitaire. Régulièrement, des studios ouverts, des discussions, des ateliers de danse, permettent de rencontrer le travail des artistes en résidence. C’est dans ce contexte que nous avons pu découvrir celui de Paola Stella Minni & Konstantinos Rizos pour leur travail autour de la figure antique de Tirésias.

L’Ethique, de Matthieu Hocquemiller

Lors de la programmation de Montpellier Danse 21/22, Matthieu Hocquemiller présente au Studio Cunningham / Agora sa pièce L’Ethique, dernier volet d’une série de dialogues et de performances en portrait. Il s’agit d’un duo composé d’image et de présence, dans un dialogue permanent fait de chair et de mots entre deux hommes : un homme jeune et un homme âgé.

Une œuvre n’est jamais une vague chose, plus ou moins belle, plus ou moins gorgée de messages qui seraient encodés, plus ou moins immuable, condamnée à la solitude des temples. Une œuvre est une ombre qui plane au-dessus de nos vies : l’ombre de nos regards, l’ombre de nos corps, l’ombre de nos mots… Au moment où nous croyons la saisir c’est elle, finalement, qui nous saisit… L’œuvre n’existe comme objet esthétique que si, face à elle, nous sommes sujets de l’esthétique. L’œuvre n’existe comme évènement que si nous faisons l’expérience de sa rencontre. L’œuvre n’existe pleinement que si nous partageons ses effets en nous, si nous la discutons, l’interrogeons, la confrontons à nos habitudes perceptives… Une œuvre dont on ne parle pas est une œuvre morte…

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.