Chroniques

Montpellier Danse saison 21/22

Il ne nous reste que nos yeux pour dévorer…

La modalité d’existence d’une œuvre ressemble, à s’y méprendre, à celle de l’objet naturel : minéral, végétal, animal… Autrement dit l’œuvre, contrairement aux objets techniques, existe : point barre.

When the ice melts, will we drink the water ? / Daïna Ashbee

When the ice melts, will we drink the water ? est la dernière des cinq pièces de Daïna Ashbee présentées dans cette 41ème édition du festival Montpellier Danse. Daïna Ashbee développe, pour ce solo interprété par Greys Vecchionacce au Hangar Théâtre, une écriture qui trouve son point de départ au niveau du pelvis, comme elle l’avait fait dans Pour, présentée quelques jours plus tôt au Studio Cunningham – Agora.

Laborious Song / Daïna Ashbee

Pour cette 41ème édition, le festival Montpellier Danse accueille cinq propositions signées par Daïna Ashbee : Serpentine, Unrelated, Pour, Laborious Song et When the ice melts, will we drink the water ? L’artiste québécoise et ses interprètes marquent le festival par ces cinq œuvres fines, épurées, précises et engagées. Laborious Song fait plus particulièrement écho à Serpentine : deux solos, deux corps nus, tatoués, libérant une douleur refoulée.

Nuit / Sylvain Huc

Au théâtre de la Vignette, dans le cadre de la 41ème édition du festival Montpellier Danse, Lucas Bassereau, Mathilde Olivares et Gwendal Raymond nous invitent à partager leur nuit. Sylvain Huc explore, avec cette pièce, la nuit de nos corps et le corps de nos nuits.

Ineffable / Compagnie BurnOut – Jann Gallois

Pour le festival Montpellier Danse Jann Gallois ouvre, avec ce solo intitulé Ineffable, un nouveau cycle de recherche basé sur la quête de spiritualité. Fortement marquée par le bouddhisme, Jann Gallois mêle la pratique de la musique (wadaïko, cor, musique électronique), la technique du Hip-Hop et celle des Mudras (gestes rituels des mains que l’on pourrait qualifier de « Yoga des mains »).

Christian Rizzo – Faire maison et devenir figure (Souvenir de spectacle)

Pour Une Maison, Christian Rizzo rassemble 14 danseurs pour qu’ils habitent le plateau, architecturent l’espace et, par leur rencontre, fassent maison ensemble dans un temps élastique qui accueille le souvenir et un perpétuel devenir qui, dans son mouvement, laisse échapper les fantômes et totems qui se cachaient dans ses replis.

Montpellier Danse 40 BIS, TER(miné)

Devant les impératifs de jauges limitées, le festival Montpellier Danse se fait plus intime que d’accoutumé. Pas de Corum cette année : Opéra Comédie, Salle Molière, Halle Tropisme, le festival se poursuit par trois propositions plutôt baroques… Dans leur débordement (Concrerto) leur faste (LoveTrain2020) ou leur trouble énonciatif (Défilé pour 27 chaussures).

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.


Abonnez-vous

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.

%d blogueurs aiment cette page :